Nature numérique de l’homme: Aux frontières entre organique et numérique

Les technologies numériques réécrivent notre histoire, notre société, notre avenir et certainement peut-être un jour elles réécriront la vie. Une vie qui trouve sa voie sans trop de contraintes dans les deux univers (numérique et organique) avec une telle facilité et rapidité qu’il m’a semblé important d’en écrire au moins partiellement son chemin, son impact. En parcourant les deux espaces et espèces de progrès, j’ai été surpris, émerveillé et inquiet. Le niveau de fascination que l’on peut porter à l’univers est proportionnel à son niveau d’improbabilité. Dans cet espace improbable, l’homme nous a offert un savoir qui se transcende depuis quelques dizaines d’années. La physique (quantique notamment), le génie génétique, l’informatique, la robotique, l’intelligence artificielle sont des vecteurs de progrès exceptionnels. La vie se digitalise à l’image du Caenorhabditis Elegans, un petit ver dont on maitrise désormais totalement la complexité du réseau de neurones (le connectome) et que l’on peut simuler intégralement sur ordinateur.

De l’activation neuronale au comportement, on connait presque tout de cette petite forme de vie d’à peine plus d’un millimètre. L’organique se connecte au digital avec ou sans fil, mais toujours en ouvrant de nouvelles pistes. 

Des hommes contrôlent des insectes avec des impulsions électriques pour les faire courir dans la direction de leur souhait. 

Des hommes réécrivent les codes génétiques de la vie pour la simplifier, l’arranger ou la synthétiser. D’autres travaillent pour créer une intelligence artificielle générale capable au moins de nous égaler. 

Des hommes créent de nouveaux arts et de nouvelles œuvres, s’appuyant sur les algorithmes, la nature, les mathématiques. Une nature qui nous souffle même des partitions. Et des bactéries génétiquement modifiées récitent nos poèmes. 

Enfin, des hommes luttent contre une maladie bien connue qu’est la vieillesse. D’autres ont des rêves d’immortalité. Le grand livre de la nature ne nous a jamais révélé autant de secrets et de mystères. Les technologies et les sciences nous ont offert une nouvelle manière de le lire, de s’en inspirer. Nous observons même une volonté nouvelle d’écrire nos histoires, notre histoire dans de nouvelles pages de ce livre. 

Il était déjà inimaginable et incompréhensible que nos sciences s’inspirent, s’alimentent et représentent aussi bien les reflets de la nature, de la réalité et de notre univers. Il est encore plus surprenant d’observer aujourd’hui l’homme jouer de ce nouveau pouvoir de connaissance et de technicité ; au point de lui permettre de rejouer certains scénarios, de renverser certains effets de la nature, et de se surpasser dans de nombreux domaines ; au point de créer des machines qui le dépassent et peut-être même un jour des technologies qui lui permettront de se délester de son corps pour changer d’enveloppe. 

Cette fiction, mais aussi, cette nouvelle réalité, se perçoit de plus en plus. Nous avons le devoir de la mesurer, de la contrôler et de (la) protéger (de) ce que nous sommes. Nous avons, peu à peu, derrière et avec une machine, fait évoluer tant de nous. Cette nouvelle réalité se perçoit et nous offre un mystère qui doit s’apprendre et se comprendre. Une réalité nouvelle qui met en cause nombre de nos croyances et de nos certitudes.

Elles façonnent différemment nos objets, nos histoires et notre perception de la vérité. Pour l’illustrer, nous traiterons de l’art, de la nature, du savoir et de la mort ; des facettes auxquelles l’homme s’est toujours attaché comme à des repères, des étoiles, ou même un guide spirituel ; des facettes qui se meuvent et s’émeuvent, qui paraissent et qui disparaissent. 

Cet ouvrage présente les contours de ce qui ressemble à la direction prise par les humains vers une nature digitale observée et inspirée des créations récentes et atypiques. Une nature numérique inspirée des limites récemment dépassées. Nous nous interrogerons sur la place de l’homme et sur notre devenir commun. Une incitation à penser l’avenir et à le philosopher dans un seul but, construire un futur compatible avec notre humanisme. 

Ce roman non fictif investigue cette place de l’homme face à la nature, à l’univers, à son destin. Il approfondit ce regard dans le rapport de l’homme au savoir et à la création. Il avance jusqu’à notre fin programmée. Tout au long de cette histoire, nous investiguerons la place de la technologie et de la machine. Elles sont venues bouleverser nos piliers datant de millénaires d’évolutions, tout en s’inspirant de l’œuvre naturelle.

 

Où allons-nous ? Qui sommes-nous ? Qu’allons-nous devenir ?

Quel est cet étrange pouvoir qui vient d’entrer dans les mains de l’homme ?